Les complications en horlogerie

Le domaine de l’horlogerie est vaste et complexe. Dans cet univers vieux de plusieurs siècles, il est parfaitement normal de se sentir un peu perdu, car les notions à comprendre sont variées et concernent différentes parties d’une montre. Cet article initiatique va vous permettre de comprendre certaines notions. Nous allons dans cet article nous concentrer sur les détails observables facilement via le cadran.

Dans son plus simple appareil, une montre se compose de deux aiguilles permettant de mesurer le temps en indiquant les heures et les minutes. Cependant, d’autres informations peuvent être transmises à travers le cadran ou via des poussoirs présents sur le boîtier de la montre. Ces fonctionnalités supplémentaires agissaient en véritable outil à l’époque. Ils ont désormais plus une fonction esthétique que pratique et se nomment des complications.

Guichet date


Cette première complication est sans doute la plus répandue et la plus utile au quotidien. Souvent présente sur une montre à la place de l’index venant indiquer 3 heures, la complication se présente via un guichet qui affiche un disque venant indiquer la date à laquelle nous nous trouvons à l’instant T. Parfois, vous pouvez également retrouver un guichet jour venant compléter le guichet date qui comme son nom l’indique vous informe du jour de la semaine.

Réserve de marche


La réserve de marche est une complication qui permet d’exprimer clairement sur le cadran l’énergie restante qui a été emmagasinée par le barillet. La majorité des mouvements mécaniques actuels dispose d’une réserve de marche de 40 heures environ. Cela signifie que le barillet dispose de suffisamment d’énergie pour que la montre puisse fonctionner par elle-même, pendant une durée de 40 heures. Durant cette période, il n’est pas nécessaire de la remonter pour lui donner l’énergie nécessaire pour que cette dernière puisse mesurer le temps. Pour les plus performants, cette réserve de marche peut aller jusqu’à 30 jours.

Phase de lune


Cette complication plus poétique que fonctionnelle permet comme son nom l’indique via une ouverture sur le cadran d’afficher la phase de lune en cours. Fonctionnant en cycle complet sur une durée de 28 jours, cette complication est à différencier du guichet jour/nuit permettant de déterminer si l’on se situe en heures antes meridiem (avant midi) ou ‌post meridiem (après-midi).

GMT


La complication GMT pour Greenwich Mean Time, est la complication préférée des voyageurs longues distances. En effet, lors de déplacements, les fuseaux horaires varient. Cette complication permet de lire l’heure rapidement sur deux fuseaux horaires. Elle se compose dans 90 % des cas par l’ajout d’une quatrième aiguille qui va pointer sur une indication présente sur une lunette graduée de 24 marqueurs permettant ainsi de déterminer rapidement l’heure sur le fuseau horaire choisi.

Worldtimer


Cette complication est une évolution en quelque sorte l’évolution de la complication précédente. Elle permet grâce à un mouvement complexe de connaître rapidement l’heure sur tous les fuseaux horaires importants de la planète. Il convient de placer son fuseau horaire de référence à midi, et comme par magie, il est possible de lire l’heure sur tous les autres fuseaux horaires. Pour l’anecdote, c’est le français Louis Cottier qui proposa la première montre à heure universelle en 1930

Tourbillon


Inventée par le père de l’horlogerie Abraham Louis Breguet en 1801, cette complication avait avant tout une utilité technique avant d’être un élément observable à travers le cadran. Le tourbillon permet de contrebalancer les perturbations de l’isochronisme du résonateur du fait de la gravité terrestre. De manière simplifiée, le tourbillon correspond à une cage qui contient le balancier, le spiral, l’ancre et la roue d’échappement à l’intérieur d’une cage mobile, capable de tourner sur elle-même de façon régulière afin de gommer les effets de la pesanteur.

Pour lutter contre les effets de la gravité terrestre, cette cage tourne sur elle-même et effectue une rotation complète en une minute. Si cette complication avait un intérêt particulier pour les montres et horloges statiques, aujourd’hui une montre portée à un poignet n’est jamais dans la même position et les effets de la pesanteur sont naturellement compensés par les mouvements du poignet.

Quantième perpetuel


Le quantième perpétuel est en quelque sorte le Graal en matière de complication horlogère grâce à un savant travail, de belles prouesses techniques et une belle ingénierie. Certains horlogers arrivent à intégrer au sein d’une montre censée uniquement indiquer les heures et les minutes, un calendrier indiquant les jours, les mois et les années.

Pour faire clair, dès lors que vous portez au poignet une montre disposant d’une complication quantième perpétuel, il est possible que le prochain réglage nécessaire pour celle-ci intervienne au 28 février 2100 du fait de la qualité séculaire de l’année. Vous vous doutez bien que certains horlogers ont relevé le défi et aujourd’hui, il existe des modèles disposant d’un quantième perpétuel séculaire.


Nous espérons que cet article a pu vous éclairer concernant les principales complications que vous avez pu découvrir et que cet article initiatique a suscité en vous un intérêt pour réaliser vos propres recherches sur le fonctionnement d’une montre.

Article écrit par Romain de 13H57.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

TOP

La fin des cols minuscules

L'interprétation de la chemise à col français, par les Damoiseaux. Rendez-vous en septembre.