Le vignoble jurassien

Pour continuer notre voyage à travers les différents vignobles français nous allons aujourd’hui nous arrêter dans le Jura et y découvrir ses merveilles. Si le vignoble jurassien n’est pas le plus célèbre de France, car souvent éclipsé par d’autres grands noms, il n’en demeure pas moins riche et propice à de magnifiques découvertes.

Cet article est composé d’une rapide présentation du vignoble, des appellations et des vins propres au Jura. Une sélection de bouteilles sera proposée à la fin du thread accompagnée des accords mets et vins correspondant.


Chiffres, climat et cépages

Comme à notre habitude, commençons par quelques chiffres : 

2000 ha30 km de long et 7 appellations : le vignoble jurassien est le plus petit vignoble de France. 

Bien qu’ayant moins d’ambition que ses cousins le Bordelais ou le Bourguignon, les terroirs d’exception et les méthodes millénaires utilisées dans le Jura lui permettent de ne pas pâlir devant ces géants.

Le vignoble jurassien est situé entre les plaines de la Bresse et le premier plateau du massif du Jura, il est entouré des deux autres vignobles dont nous avons parlé précédemment : les vignobles Bourguignon et Alsacien.


Le climat est semi continental, et les sols sont de nature marno-calcaire. On retrouve cependant une diversité dans les types de marne présentes sur les 30km du vignoble, sachant que le type de sol influence le cépage utilisé.


Ces derniers sont au nombre de 5 : 

Le Poulsard, le Trousseau et le Pinot noir pour les vins rouges.


Le Chardonnay et le Savagnin pour les blancs.

Les appellations


Plongeons-nous maintenant dans les différentes appellations présentes sur le vignoble Jurassien.

Le Jura possède 4 AOC géographiques :

L’Arbois, Château-Chalon, Côtes du Jura et l’Étoile.


Ces appellations sont devenues célèbres à travers l’histoire :

Par exemple Château-Chalon : Louis-Napoléon aurait déclaré pendant un voyage chez le prince Autrichien Von Metternich qu’un vin du domaine autrichien qu’il venait de goûter était le « meilleur vin du monde ». Le prince lui aurait rétorqué que « le meilleur vin du Monde est produit dans un petit canton de votre empire, à Château Chalon… ».

Le grand Jacques Brel déclarait aussi que lors de son dernier repas il souhaiterait boire « ce vin si joli qu’on buvait en Arbois ».

L’Arbois est aussi la première AOC française, créée en 1936 ! Le vignoble possède également 3 AOC produits : Crémant du Jura, Macvin et Marc du Jura.

3 vins à connaître

Vin de paille


Le vin de paille est réalisé à partir de raisins séchés.

À la différence d’un proche cousin issu du vignoble Alsacien, ce ne sont cependant pas des vendanges tardives qui permettent le séchage des raisins. Des grappes minutieusement sélectionnées sur des pieds de Chardonnay, Savagnin, Poulsard et Trousseau sont mises de côté, séchées sur de la paille (d’où le nom) pendant 3 mois dans un endroit aéré jusqu’à l’obtention d’un taux de sucre optimal.


Les raisins sont alors pressés, fermentés puis continuent leur évolution en fûts pendant plus de 3 ans. Le faible rendement de cette méthode de vinification explique pourquoi on ne trouve le vin de paille qu’en bouteilles de 37,5cl, car il faut une centaine de kg de raisins pour produire une vingtaine de litres de vin de paille.

Au bout de ces trois longues années, le vin mis en bouteille possède une robe brillante, allant du caramel blond à l’ambre en passant par un jaune doré. Les notes sont fruitées, confites et la très bonne harmonie entre le sucré et l’acide fait de ce vin un véritable nectar, divin de l’apéritif au dessert.

Macvin du Jura :

Le Macvin du Jura est un mélange d’eau de vie de marc et de moût de raisins. Le marc est l’ensemble des produits secs résultant du pressurage et de la cuvaison, le moût est le jus de raisin n’ayant pas encore subi la fermentation alcoolique.



Un mélange de ces deux produits — à raison de 1L d’eau de vie pour 2L de moût – élevé dans des cuves pendant 12 mois donne un vin de liqueur autour de 20° alcooliques, dont la palette aromatique est très large. En effet, il peut être réalisé à partir de chacun des cinq cépages Jurassien et donc être rouge s’il est produit à partir de Poulsard ou blanc si c’est le Savagnin qui a été choisi.

On retrouve des similitudes chez son cousin du Gers, Le Floc de Gascogne (moût de raisins et Armagnac jeune) ou des Charentes : Pineau des Charentes (moût de raisins et Cognac).

Vin jaune :

Finissons en beauté par l’or liquide du Jura, le vin jaune. Créé à Château Chalon, il est désormais produit dans les 3 autres AOC géographiques du vignoble, exclusivement réalisé à partir du cépage Savagnin. La particularité du Vin jaune est d’être soumis à un élevage de 6 ans et 3 mois. L’élevage est l’ultime étape précédant un éventuel assemblage et la mise en bouteille.



Pendant ces 6 longues années, le vin est laissé dans un fût de chêne sous une fine pellicule de levure, un voile de ces dernières se tissant pour protéger le liquide d’une oxydation indésirable.


Après son vieillissement, le vin est embouteillé dans des clavelins, des bouteilles de 62 cl. Mais pourquoi ce contenant particulier ? La raison est pratique : le volume restant d’un litre de moût après les 6 ans et 3 mois de vieillissement est de 62 cl.

Le vin jaune produit possède une robe étincelante, lumineuse et véritablement dorée. En bouche on retrouve des notes de fruits à coque, en particulier la noisette et la noix et une palette épicée et boisée : cannelle et chêne par exemple.


Le vin jaune peut se déguster tout au long d’un repas : Comté, viandes blanches, poissons, fruits de mer… il se marie à merveille avec de nombreux mets.

Notre sélection de vins

Nous vous proposons maintenant une sélection de quelques vins du Jura :

Arbois, Trousseau «  Cuvée des géologues – Les Bruyères »  par Lucien Aviet

Pour commencer, un vin rouge : Lucien Aviet dit Bacchus produit un vin issu du cépage Trousseau, cultivé en plein cœur de l’AOC Arbois. Cette magnifique cuvée évolue grandement au fur et à mesure des années. Les vins plus jeunes sont relativement légers, avec des arômes de fruits rouges, des tannins très légers et subtils. Au fur et à mesure des années, les notes épicées vont s’affirmer et on pourra retrouver des arômes de girofle, de poivre et de musc. C’est un vin qui s’apprécie jeune mais c’est surtout comme de nombreux vins du Jura une valeur sûre pour la garde : en achetant des bouteilles jeunes, vous avez l’assurance d’obtenir un dans votre cave un véritable trésor d’ici 10 ans.

En ce qui concerne les accords, les tanins subtils et les notes épicées se marient à merveille avec des viandes blanches tendres laquées ( cochon de lait, veau ) ou bien des céphalopodes ( poulpe, seiche, calamar ) à la plancha et finement relevés. 

Vin Jaune Côtes du Jura – Domaine Badoz


Comme le précédent, ce vin s’apprécie après quelques années à la cave. Avec un millésime 2011, on peut s’attendre à un vin puissant, un acidité tenace qui tient bien en bouche et qui est portée par des notes de fruits à coque (amande, noix, noisette), fruits jaunes (pêche, abricot) et de curry ! Cette superbe couleur ambre saura accompagner à merveille vos plats épicés au curry, tant sur le plan gustatif que visuel. Cependant; comme il a été dit plus haut, un vin jaune comme celui-ci peut aisément accompagner de nombreux mets : vieux comté, poissons ou viandes blanches aux champignons par exemple.

Vin Jaune Chateau Chalon – Domaine Macle


Entrons mainenant dans la quintessence du vin jaune. Le domaine Macle a été crée en 1850 et est peut être le domaine le plus reconnu quand il s’agit de vin jaune, à tel point qu’il est parfois surnommé le « Pape du vin jaune » . 

Les vignes ont été plantées sur des terrains parmi les plus pentus du vignoble, et c’est le travail sans faille de cette famille qui a permis à ce domaine de s’élever comme la référence. 


Les vins proposés sont des merveilles qui peuvent devenir au fur et à mesure des années le vin d’une vie : les vins de l’appellation Château Chalon peuvent en effet traverser aisément les années et même dépasser le siècle ! 

L’oxydation révèle en effet toute sa splendeur dans ce vin : des tanins parfaitement fondus, une finesse et une légèreté à couper le souffle et une longueur impressionnante : on a l’impression que les notes ne cessent de s’enchaîner : fruits à coque fumés, notes terreuses de truffe, une touche de miel très fine se fondent parfaitement dans une grande fraîcheur.

Encore une fois, il peut accompagner de nombreux plats, mais avec un vin de cette envergure il faut faire les choses en grand ! Un poulet aux morilles et au vin jaune, une truite au vin jaune ou un comté exceptionnel sauront faire honneur à cette merveille !

Nous espérons que ce voyage au cœur de ce vignoble vous a plu. Il est toujours bon de rappeler que l’alcool se consomme avec modération et qu’il est important de ne pas en abuser !

Article écrit par Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

TOP

La fin des cols minuscules

L'interprétation de la chemise à col français, par les Damoiseaux. Rendez-vous en septembre.