Le style Gentleman Farmer

Lorsque l’on se lance dans une démarche sartoriale, il arrive souvent de se perdre dans un flot immense de styles différents et il peut être difficile de comprendre ce qui nous irait ou non et par quoi commencer. Un novice pourrait être tenté « d’en faire trop » en accumulent des pièces pour affirmer son style. Nous allons voir qu’en période automnale et hivernale, il est possible d’allier simplicité, rusticité, praticité et élégance de manière efficace avec le style Gentleman Farmer. Avant de voir ce qui compose ce style et comment l’adopter, faisons un peu d’histoire pour comprendre d’où il tire son origine. 


Avant d’être un style en particulier, le terme gentleman farmer désigne un homme de l’aristocratie ou de la noblesse qui possède une ferme pour son plaisir, par exemple un élevage de chiens ou de chevaux. Il s’agit d’un gentleman citadin, entretenant ou faisant entretenir des terres à la campagne sur son temps libre, sans volonté de profit. Une tenue urbaine avec oxford noires et veste fine n’est pas appropriée pour l’entretien d’un domaine agricole ; de ce fait, ces aristocrates optaient pour des matières aussi épaisses que robustes et au caractère certain : du tweed, du coton ciré ou encore du cuir. C’est là toute l’identité du style Gentleman Farmer.

un aristocrate anglais au début du XXème siècle. On remarquera les chaussettes hautes ainsi que la saharienne, marque de la mode militaire de l’époque.

Le prince Charles durant une partie de chasse, en dépareillé sobre.   


Vous comprenez ainsi qu’il s’agit d’un style sans grande originalité au niveau des couleurs, sobre, discret mais pour le moins efficace. La rusticité des matières et la quasi froideur des couleurs procurera à votre ensemble une personnalité évidente. Il va également de soi qu’il est plus compliqué d’adopter ce style en été qu’en hiver, la campagne anglaise étant fraîche et humide…

Pour adopter le style Gentleman Farmer, il vous faut donc des pièces sobres avec des couleurs froides : marron, vert foncé, bleu marine et parfois un peu de rouille. Par souci originel de praticité, les matières doivent protéger du froid, du vent et dans une certaine mesure de la pluie. Point par point, voyons quoi mettre pour se constituer une tenue de gentleman farmer cohérente. 

Le haut

Pull ou chemise

Pour les premières couches de vêtement, on opte volontiers pour une chemise, parfois agrémentée d’un pull, en fonction du climat et du rendu escompté. Pour les chemises, c’est assez vaste, unie blanche ou beige, souvent à carreaux, c’est une des seules pièces du style Gentleman Farmer où l’on peut trouver des couleurs originales. Quant aux éventuels pulls, le style fait la part belle aux matières épaisses comme par exemple la laine tricotée, dans des couleurs souvent sobres telles que du bleu marine ou du brun. 

La veste

La veste est l’une des pièces majeures de l’ensemble d’un fermier gentleman. Elle est souvent en tweed, dans un motif uni ou prince de Galles par exemple. On trouve aussi des motifs intéressants tels que le pied de poule ou le fameux guncheck. Le tweed est une matière épaisse et très texturée, ce qui fait le caractère des tenues du style. La veste est le liant entre la chemise et le blouson, elle est une pièce qui doit pouvoir laisser une certaine liberté de mouvement, pour la chasse ou le travail de la ferme, tout en étant chaude et élégante. Il s’agit donc évidemment de vestes sport, souvent trois boutons, typiques de la old-school d’outre-Manche. 

Blouson

Enfin, un blouson est nécessaire lorsque l’on se confronte au travail en extérieur ou aux fraîches matinées à la chasse. Les fameuses Barbour sont reines ici, ayant le mérite d’apporter chaleur et imperméabilité. Les cols en velours marquent un contraste avec le reste du blouson. Les couleurs sont ici très simples : vert forêt, marron, bleu marine… C’est ce genre de blouson, adopté par la famille royale pour ses sorties dominicales, qui rend de nos jours  une tenue de gentleman farmer si reconnaissable.

Il peut aussi s’agir de veste de type « saharienne », en tweed par exemple, ou encore de manteaux plus classiques. Mais les vestes Barbour restent un classique indétrônable.

Profitons de ces images pour constater aussi la variété de chemise que nous évoquions plus haut…

Le bas

Pantalon

Le pantalon doit, tout comme la veste, tenir chaud et laisser une certaine amplitude dans les mouvements. Il faudra donc un pantalon droit, de préférence taille haute, cette dernière permettant de libérer le bassin d’une ceinture et laissant une certaine aisance. On choisira un pantalon dans une laine épaisse et toujours dans des couleurs froides et sombres : gris, marron, vert…  

Souliers

S’agissant des souliers, il faut prendre en compte le fait que la tenue doit d’abord être pratique. Il n’est pas question de porter une paire de richelieues ou de tassel loafers. Le gentleman farmer optera la plupart du temps pour des derbies. Confortables et solides, ce sont les chaussures appropriées, que ce soient des demi-chasses, des plain toe ou des brogues. Ce sont des souliers qui ont la particularité d’être imposants, sans rendre le tout disproportionné, qu’on peut trouver en cuir lisse ou en cuir grainé. Il n’y a pas vraiment de « règle » sur les souliers du gentleman farmer, mais on s’accorde sur le fait que le derby est le soulier qui revient le plus, car il est le plus cohérent avec l’usage qui en est fait. On retrouvera aussi des paires de bottines, derbies aussi.  


Paire de demi chasse
Paire plain toe

Couvre-chefs, cravates et autres accessoires

J’ai choisi de consacrer à la fin de cet article une partie dédiée aux accessoires que l’on peut ajouter à un ensemble pour compléter son style. Certains diront qu’une partie entière sur la cravate aurait été évidente, mais par soucis de synthèse et de concision comprenez mon choix de m’être concentré sur les pièces les plus importantes.

Les cravates sont un détail important du style, puisqu’elles sont quasiment systématiques à en constater les images mettant en scène ce genre d’ensemble, puisqu’étant originaire d’un milieu aristocratique, le style Gentleman Farmer ne peut se passer de cravate. Au début du XXème siècle, la cravate était portée par les hommes dans à peu près toutes les activités. Dans le style qui nous intéresse, le choix est assez large et c’est, avec la chemise, le seul détail où l’on s’autorisera parfois une folie de couleur. Motif, sans motif, bordeaux, marron, rayée… tout est à peu près permis. 

Pour faire face aux aléas de la capricieuse météo nordique, les authentiques gentlemans farmer pouvaient porter un couvre-chef. On retrouve alors sans surprise la casquette plate avec ou sans motifs, la gavroche ou encore le chapeau, souvent en cuir. Cependant, nous vous déconseillons d’abuser de ces détails si vous adoptez ce style dans un milieu urbain, car cela risque d’être caricatural, surtout si vous portez déjà une tenue entière dans ce style. Vous pourriez paraître déguisé, ce qui n’est évidemment pas le but…   

Nous n’évoquerons pas non plus les bottes, bas d’hiver et autres guêtres. Ce sont des attributs de l’époque du début du XXème dont l’utilité était d’abord pratique. Même conseil, le port de ce genre de pièces vous ferait paraître caricatural et déguisé. Quand bien même votre amour du vintage et de l’authenticité historique vous pousse à en porter, faites-le quand c’est cohérent avec votre activité.

En conclusion, le style Gentleman Farmer est idéal pour qui souhaite passer l’hiver au chaud dans ses vêtements tout en restant élégant. C’est un style qui se porte facilement car les pièces sont sobres, sans grande extravagance et apportent un rendu relativement casual. Il est cependant possible de le rendre plus habillé avec le port d’une cravate. Il s’agit en somme d’un plaisant mariage paradoxal entre élégance et rusticité, entre finesse des pièces et robustesse des matières ; en bref, un style viscéralement anglais et efficace. 

Article écrit par Jérémie A.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

TOP

La fin des cols minuscules

L'interprétation de la chemise à col français, par les Damoiseaux. Rendez-vous en septembre.