Le portefeuille, petit étui historiquement fait de cuir destiné à accueillir votre argent, vos cartes et vos documents importants nous vient tout droit des États-Unis. Bien que des objets destinés à contenir de l’argent existent depuis des temps immémoriaux, puisque liés à la création de l’argent, on peut dater l’apparition du portefeuille moderne entre le XIXème et le XXème siècle. Son explosion vient de l’invention des cartes de crédit, et du fait de la place nécessaire pour contenir diférentes cartes ainsi que de l’argent liquide.

Les matériaux

Vous allez désormais avoir le choix entre diférents matériaux. Nous en distinguerons deux : le cuir et le plastique.

Vous devrez avant tout fuir le plastique, car il ne vieillira jamais bien, manquera d’élégance, ne sera pas agréable au toucher et plus généralement n’est pas du tout adapté à la confection d’un portefeuille de qualité.


Quant au cuir, avant de détailler l’origine des peaux à privilégier, préférez toujours des cuirs non traités, révélateurs de bonne qualité. En effet les cuirs de mauvaise qualité sont souvent traités, afin d’effacer leurs défauts visuels, et leur mauvaise qualité impactera la durabilité de votre précieux objet.

Les cuirs

Voyons désormais les différents cuirs à votre disposition pour votre futur portefeuille.

Tout d’abord, les cuirs les plus classiques : le cuir de vachette et le cuir de veau. Très versatiles et robustes ce sont des cuirs de choix pour la maroquinerie. Étant très classiques, même une très belle pièce passera inaperçue, vous pouvez donc privilégier ces cuirs si vous voulez rester extrêmement sobre en toute circonstance. Notez que le veau, étant un animal plus jeune, possède une peau plus souple que la vachette.

Cuir de vachette pleine fleur

Le cuir d’agneau peut également être utilisé, c’est un cuir très doux, mais bien plus fragile, vous devrez en prendre grand soin. Sa fexibilité étonnante pourra le pousser à se déformer dans les poches de pantalon, donc privilégiez les poches intérieures de veste et de manteau si vous optez pour ce cuir. C’est un choix osé qui saura vous récompenser si vous en prenez le plus grand soin, mais dans le cas contraire, il fnira très vite hors d’état.

Cuir d’agneau pleine fleur


Les cuirs exotiques sont très appréciés dans ce domaine. Vous pourrez retrouver du crocodile, de l’alligator, ou encore du serpent pour ne citer que les plus répandus. Dotés d’un grain particulier, ils sont facilement reconnaissables. Le nec plus ultra de la maroquinerie sans aucun doute. Néanmoins leur rareté, due aux lois de protection de ces animaux, couplée à la difculté de leur travail, rend les portefeuilles en cuirs exotiques très chers.

Cuir de crocodile


Il parait important de vous parler du tannage pour le choix de votre portefeuille. Étant donné que c’est un objet que vous souhaitez garder longtemps, veuillez privilégier le tannage végétal face au tannage au chrome, car il vieillira beaucoup mieux et fera apparaître une superbe patine au fil des années.

La construction

Plus importante encore que la qualité du cuir, la qualité de la construction est littéralement ce qui définira la durée de vie de votre portefeuille. Les coutures doivent être solides et régulières, bien serrées, ne laissant aucune chance au temps d’endommager votre bien.

Il vous faudra avant tout être vigilant sur la finition des bordures. Tout d’abord, voyons la finition la plus répandue. Le cuir est plié une fois et cousu directement. Très facile à réaliser, cette finition se trouve absolument partout dans les segments de prix entrée et moyen de gamme. Cependant, elle présente deux défauts majeurs : une fine tranche de cuir reste accessible, et risque de s’abimer très facilement. Elle laisse également un petit interstice entre deux lamelles de cuir, qui ne manquera pas d’accueillir toutes sortes de saletés, manquant cruellement de distinction. Nous préférerons donc la finition dite double pli, plus solide, qui permettra également à la doublure d’aller jusqu’aux confins du portefeuille, affirmant son style par la même occasion.

Couture des bords avec un seul pli, doublure plastique


Un autre type de finition peut être effectué avec de la cire chauffée, déposée sur les bords. Elle est ensuite peinte, pour donner un style particulier au portefeuille. Bien qu’on la rencontre très souvent sur les ceintures, elle est plus rare sur les portefeuilles car moins durable que les finitions pliées, que ce soit avec le pli simple ou le double pli que nous avons vus précédemment.

Angles pointus, couture mono-pli

On cherchera également des angles arrondis afin d’éviter qu’ils s’accrochent lorsque vous sortez le portefeuille de votre poches. De même, les emplacements destinés à accueillir des cartes ne doivent pas être de simples fentes, mais bel et bien une construction de morceaux de cuir cousus au corps du portefeuille. Pour finir, si votre portefeuille fait l’objet d’un séparateur, veillez à ce qu’il soit bien fait en cuir, et dans le cas échéant, dans le même cuir que le corps du portefeuille, et non un cuir de moindre qualité.

Couture double pli, angles arrondis

Les types de portefeuilles


On en dénombre plusieurs types, du plus petit au plus grand on retrouve :

  • Le porte-carte
  • Le porte-monnaie
  • Le portefeuille à deux volets
  • Le portefeuille à trois volets
  • Le portefeuille de voyage

Le porte-carte est le plus petit des portefeuilles, on peut juste y mettre, comme son nom l’indique, des cartes au format carte bancaire, souvent 4, ainsi que quelques billets. Très minimaliste, son épaisseur lui permet d’être glissé dans une poche intérieure d’un costume ou d’un manteau sans que cela ne se voie de l’extérieur, que ce soit par une bosse ou par un poids qui tire le tissu.

Porte-cartes Montblanc


Le porte-monnaie peut se présenter sous deux formes, avec un pression ou avec une fermeture éclair. Le premier comporte généralement deux compartiments, un pour les pièces et un pour les billets. Quant au second, il ne comporte qu’une seule poche pour mettre pièces et billets. Ils ne sont plus très répandus de nos jours car ils ne proposent généralement pas de quoi ranger des cartes. Cependant, si vous êtes un aficionado de l’argent liquide, nous vous recommandons plutôt le premier modèle, beaucoup plus logeable dans les poches de part sa forme.

Le portefeuille à deux volets est le plus répandu des portefeuilles. Aussi connu sous le nom de « billfold », on en distingue deux versions, celle avec 6 à 10 emplacements de cartes, et celle avec un emplacement pour mettre de la monnaie. Dans les deux cas, c’est un objet très versatile, parfait pour le quotidien. Il faudra cependant noter que certains modèles ne peuvent pas accueillir les cartes d’identité datant d’avant 2021. Dans ces modèles, on peut parfois rencontrer une pince à billets, mais nous ne recommandons pas cette solution car les billets ne sont parfois pas assez bien tenus, et le portefeuille se doit avant tout de garantir la sécurité de notre argent.

Portefeuille « billfold » dit à deux volets
Portefeuille avec emplacement pour ranger la monnaie


Le portefeuille à trois volets est l’évolution directe du précédent. Il permet de glisser énormément de choses, comme une carte d’identité ancien format, des pièces, des billets et de nombreuses cartes format bancaire. Cependant, il peut déjà être trop lourd pour tenir dans une poche intérieure, et risque de casser la ligne du vêtement.

Portefeuille à 3 volets


Le portefeuille de voyage n’est pas vraiment un format à privilégier pour votre quotidien. Très épais et lourd, il présente l’immense avantage de pouvoir contenir un passeport. Sa grande taille vous permettra également d’y glisser des billets de différentes devises, également très utile pour les plus voyageurs d’entre nous.

Quoi qu’il en soit, la première question que vous devez vous poser concerne la quantité de choses que vous souhaitez mettre dedans. Car rien n’est plus terrible, que ce soit en terme de style ou de durabilité, qu’un portefeuille plein à craquer. La plupart du temps, vous n’aurez besoin que d’une ou deux cartes bancaires, votre carte vitale, et votre permis de conduire, ainsi que quelques billets. Dans ce cas, ce n’est pas certain qu’il vous faille quelque chose de plus grand que le portefeuille « classique », dit à deux volets.

Le plus important dans tous les cas sera de ne pas le remplir jusqu’à sa limite, d’un côté vous risqueriez de déformer vos vêtements, et de l’autre côté, même si votre portefeuille est de très bonne facture, ce n’est pas lui rendre service que de lui tirer sur les coutures à ce point.

Notre sélection de marques

Il n’existe pas réellement de marques faisant du portefeuille leur article principal. Cependant, on peut déceler une tendance à faire de beaux modèles chez les bottiers, car ce sont avant tout des artisans du cuir. Nous vous proposons tout de même quelques marques qui valent le détour d’après nous.

Nous précisons que l’article n’est pas sponsorisé et ne contient aucun lien affilié.

Valet de pique, porte-cartes en cuir pleine fleur tanné au végétal (dès 55 €)
Atelier particulier, pour des porte-cartes en cuir de vachette (70-80€)
Le tanneur, des porte-cartes et portefeuilles en cuir de vachette (Dès 99 €)
Laperruque, portefeuille en cuir de veau (200€)

Article écrit par Arthur Meyniel

3 Commentaires

  • Bonjour,

    je suis tombé sur votre blog, que je trouve très intéressant.
    Notant l’importance que vous donnez au style et aux beaux objets pour lesquels j’ai également une forte appétence je ne peux m’empêcher de laisser un commentaire sous cet article.

    Etant sellier-maroquinier, métier pour lequel je ressens un profond amour qui m’a été transmis par un maître d’art parisien, il me semble dommage de parler ici de marques comme mont-blanc, qui réalise de la petite maroquinerie industrielle à très forte marge et participe ainsi à tuer le métier dans sa tradition.

    De plus, les petites marques que vous citez à la fin comme la perruque ou as de pique sont, à mon humble avis des marques certes accessibles mais qui relèvent plus du « Do it yourself » dans des belles matières que de réelles marques de sellerie-maroquinerie proposant des articles Bespoke de grande qualité avec un réel savoir-faire.
    Un portefeuille digne de ce nom à 200€ c’est impossible car une vraie pièce réalisée dans les règles de l’Art, nécessite du Temps (10-15h) auquel on ajoute la matière.

    Je me permettrai aussi d’ajouter que la cordonnerie-botterie est un métier bien distinct de la maroquinerie, pas les mêmes outils, pas la même histoire, pas les mêmes cuirs.
    Ainsi, il me paraît erroné de dire qu’un bottier fait de bons accessoires…
    Les grandes maisons de botterie proposant du bespoke type Corthay n’ont jamais une petite maroquinerie à la hauteur de leurs magnifiques souliers.

    Et enfin, pour terminer, le passage sur les matières.
    Traditionnellement, dans le luxe parisien une pièce de petite maroquinerie ne se fait SURTOUT PAS dans de l’agneau. L’agneau est un cuir de ganterie ou de vêtement. Pour un portefeuille on privilégiera du box-calf liégé main, de la chèvre crispée, chagrinée, un veau gras…
    Une tranche fine (moins de 2mm) qui est le réel indicateur des compétences de l’artisan.
    Car c’est très simple de faire quelque chose en superposant les couches de cuir les unes sur les autres et d’obtenir un produit grossier à la tranche épaisse, beaucoup moins de devoir user de techniques et de méthode afin de descendre en épaisseur et de combiner les bons cuirs dans le but d’avoir un produit fin avec une main équilibrée (rigide mais pas trop).

    En espérant ne pas passer pour quelqu’un de trop aigri, ou donneur de leçons, ce n’était pas le but, je ne fais qu’apporter mon avis en tant que passionné et artisan à une époque où le bon accessoire tombe peu à peu dans l’oubli remplacé par beaucoup d’objets sans réelle Âme…

    Bien à vous,

    V.C.D

  • Vous avez supprimé mon commentaire ?
    Dommage pour un article traitant d’accessoires, de supprimer le commentaire de quelqu’un dont c’est le métier.
    Pas de dialogue possible donc.

    L’effet Loukachenko.

    • Bonjour, votre commentaire n’a pas été supprimé, simplement il n’avait pas encore été validé.
      Cela dit, nous vous remercions pour ces précisions et la rigueur dans votre commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

TOP

La fin des cols minuscules

L'interprétation de la chemise à col français, par les Damoiseaux. Rendez-vous en septembre.