Bien que le gant remonte à la préhistoire, il est devenu accessoire de style à la renaissance, alors porté par les nobles, comme un signe de richesse. Il était également vu comme un accessoire utilitaire, qui servait à se protéger les mains durant la chasse, l’équitation et le tir à l’arc notamment. Le gant de style a connu son âge d’or durant le XIXème siècle, où tout bon gentleman possédait de nombreuses paires de gants.


L’avènement de l’automobile créa un nouveau besoin en terme de gants, car à l’époque les volants n’avaient pas d’élément grippant et les voitures étaient ouvertes. On se protégeait alors les mains avec des gants de conduite, qui offraient par la même occasion une bonne tenue du volant. Tombé quelque peu en désuétude depuis les années 70, le gant revient ces dernières années avec le renouveau de l’intérêt porté envers les beaux vêtements issus du sartorialisme.

Les types de gants

Il existe différents types de gants, pour différentes occasions. Principalement, nous pouvons distinguer trois types principaux, les gants classiques, les gants de soirée et les gants de conduite.
Les premiers sont les plus répandus, ce sont des gants faits pour tenir chaud en hiver, là où les seconds sont beaucoup plus rares de nos jours, ce sont des gants que l’on porte dans les soirées formelles ou lors de cérémonies. Les derniers sont comme leur nom l’indique, faits pour la conduite, notamment car ils offrent une meilleure tenue du volant. Ils se marient très bien avec des voitures de sport anciennes.

Gants de conduite en cuir de pécari, non doublés. (Maison Causse)

Le cuir

La pièce maitresse du gant est bien entendu son cuir. Il en existe des dizaines mais seuls quelques animaux ont une peau adéquate à la confection de gants. Les principaux attributs d’un cuir de ganterie sont sa souplesse, sa flexibilité et sa douceur. Listons tout de même les peaux que l’on peut trouver sur le marché :

Cuirs de bovins (vache, vachette, veau…) :

Ces cuirs ne sont pas très recommandés pour la ganterie, ils manquent de souplesse et de douceur au toucher et, à part pour des tenues de motards, on ne les retrouve que très rarement dans la ganterie.

Cuir de cerf :

Ce sont des peaux un peu granuleuses, tout en étant souples et flexibles. Elles peuvent être intéressantes pour des gants plus casual de par leur texture mais restent peu recommandées pour des gants plus formels.

Gants en cuir de cerf, piqué anglais – Agnelle

Cuir de porc :

Un cuir très peu cher, synonyme de mauvaise qualité, c’est un cuir a éviter dans la ganterie, épais et grossier, il est très peu adéquat à la confection d’une belle paire de gants.

Gants Stetson en cuir de Porc

Cuir d’Agneau :

Le meilleur rapport qualité/prix pour des gants, c’est un cuir qui remplit à la perfection le cahier des charges pour faire de beaux gants, qu’il s’agisse de gants classiques, de soirée ou même de conduite.

Gants en cuir d’agneau, piqué anglais – Atelier du gantier

Cuir de mouton :

On se sert de ce cuir pour faire des gants épais, résistants au froid, dans un style workwear, il n’est pas indiqué pour des styles classiques, mais très bon si vous êtes un travailleur qui souhaite protéger ses mains des températures hivernales.

Cuirs exotiques (serpent, crocodile, alligator…) :

Peu recommandés pour la ganterie, ces cuirs ne sont pas confortables en plus d’être très chers. À éviter pour une belle paire de gants.

Cuir de pécari :

Provenant du pécari, un petit cochon d’Amérique du sud, c’est le nec plus ultra du cuir pour la ganterie. Il est très flexible, il possède également la remarquable caractéristique d’être lavable à l’eau. Il est particulièrement recommandé pour des gants moins formels car ce n’est pas un cuir lisse, et aussi pour des gants de conduite.

Gants en cuir de pécari, cousu main, non doublé – Maison Fabre

Le tannage

C’est le procédé de transformation des peaux pour les rendre imputrescibles, c’est à dire pour l’empêcher de pourrir.

Le pays dans lequel le cuir est tanné est très important car il y a un réel savoir faire dans le tannage. Un beau cuir mal tanné n’aura pas le résultat parfait que l’on cherche pour une belle paire de gants. Privilégiez donc des cuirs tannés en Europe, car ce sont des vieilles enseignes de tannage qui fournissent un travail de qualité mettant en valeur le cuir.

La doublure

Passons maintenant à la doublure du gant. Il existe presque autant de possibilités de doublure que de possibilités de cuir, c’est dire la largeur du choix. Nous allons donc ici encore proposer une liste des différentes doublures ainsi que nos conseils les concernant.

Non doublé :

Le choix d’avoir des gants non doublés est primordial dans les gants dits de conduite. En effet, cela permet d’avoir un gant plus fin et donc un meilleur ressenti, essentiel quand il s’agit de manipuler un volant.

Matières non-naturelles :

À éviter pour des gants de qualité. Bien que ces matières puissent tenir chaud, elles risquent de vous faire transpirer des mains, ce qui n’est pas souhaitable.

Soie :

Une doublure parfaite pour des gants de mi-saison, la soie est une matière thermorégulatrice qui vous permettra de conserver vos mains à l’abri de la fraîcheur automnale. D’un grand confort pour ceux qui veulent garder une main fine et tenue au chaud.

Gant cuir d’agneau, doublé cachemire (Atelier du gantier)
Gant cuir d’agneau, doublé soie (Atelier du gantier)

Cachemire :

Une des matières reine pour l’hiver, le cachemire est un matériau très chaud et à la fois très doux au toucher. Il sera certainement votre meilleur ami pendant l’hiver, néanmoins il faut tout de même stipuler que le gant sera plus épais qu’avec une doublure soie.

Laine :

Si vos finances ne vous permettent pas d’aller dans le cachemire, alors la laine est une bonne alternative. Moins douce et un peu moins chaude que ce dernier, elle reste un matériau de choix pour la doublure d’un gant.

Alpaga :

Si vous êtes très frileux, alors l’alpaga est fait pour vous. Un peu moins doux que le cachemire, ses fibres sont creuses, c’est à dire remplies d’air et donc bien plus isolantes. Cependant, les gants seront un peu plus épais qu’avec une doublure cachemire.

Fourrure de lapin :

C’est un gant dans un gant. Cette doublure comporte la peau et la fourrure du lapin, elle offre confort, douceur et chaleur. C’est une très bonne alternative à l’alpaga pour des gants parés à affronter des hivers glacials.

Les finitions

Les finitions du gant, c’est à dire la méthode de couture est importante pour la durée de vie du gant. Pour être sûr de la qualité, privilégiez le cousu anglais ou bien évidement le cousu main pour les plus grandes bourses. Il est bon de savoir qu’on peut faire 12 paires en piqué anglais dans le même laps de temps qu’on réalise une seule paire en cousu main, ce qui justifie l’écart de prix. Tout gant digne de ce nom doit aussi être construit avec des fourchettes (ou entre-doigts), c’est à dire des petits carrés de cuir qui viennent sur les cotés des doigts, reliants la face de l’envers du gant tout en laissant une grande liberté de mouvement au porteur. Détaillons désormais les différentes méthodes de couture.

Le piqué anglais :

Gant cuir d’agneau, piqué anglais, fourchettes de couleur différente.


C’est une procédé très solide effectué avec deux fils. Les coutures sont à l’extérieur donc elles ne gênent pas le porteur. De plus le fait qu’elles soient visibles permet de les faire d’une autre couleur pour ajouter de la distinction à vos gants. Très solides, on vient ajouter un carabin, c’est à dire un petit triangle de cuir entre chaque doigt pour diminuer les tensions exercées au quotidien.

Le piqué main :

Gants cuir de pécari, piqué main, non doublé – Maison causse


C’est une technique qui consiste à coudre, depuis l’extérieur, la face et l’envers du gant bord à bord, ce qui lui confère un aspect plus décontracté. Cette méthode se marie extrêmement bien avec le cuir de pécari.

Le piqué brosser :

C’est une couture plus rare dans la ganterie, elle est caractérisée par sa finesse, presque invisible, elle peut s’utiliser dans des gants de soirée pour un effet très épuré.

Choisir sa taille


Il suffit de mesurer la largeur de votre paume. Ensuite nous vous recommandons de lire le guide de tailles de la marque qui vous intéresse car il se peut qu’il y ait des différences entre chaque marque.


Notre sélection de marques

Non sponsorisé.

Maisons millavoises :

Maisons Saint-Juniaudes :

Maison grenobloise :

Ganterie Lesdiguières

Maison étrangère :

Dents – Angleterre

Article écrit par Arthur Meyniel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

TOP

La fin des cols minuscules

L'interprétation de la chemise à col français, par les Damoiseaux. Rendez-vous en septembre.